Aller au menu
Aller au contenu
CSF - Confederation Syndicale des Familles
Fil d'actualités de la CSF

10 avril 2017 - ELECTIONS 2017 / La CSF, l’éducation et la parentalité.


A l’occasion des élections, La Confédération Syndicale des Familles présente sa Plateforme Revendicative, déclinée en 5 thèmes : Politique Familiale, Éducation et Parentalité, Habitat et Cadre de Vie, Santé, Monde Associatif.

Chaque thématique sera présentée sur notre site d’ici aux élections, pour lire, étudier, analyser, proposer, mettre en parallèle avec les programmes des candidats et confronter les opinions.

Et n’oubliez pas : pour faire entendre sa voix, il faut voter !

PDF - 494.2 ko
Plateforme Revendicative . L’education et la parentalite





L’école constitue un vrai facteur d’inquiétude pour les parents qui craignent pour la réussite scolaire et l’avenir de leurs enfants.
Pourtant, l’éducation est une des réponses aux grands défis de demain : défis économiques, sociaux et culturels.
La CSF demande donc que les enfants soient au cœur du système éducatif pour que celui-ci remplisse sa finalité : la réussite et l’épanouissement de tous les enfants.


Selon la dernière étude Pisa, les élèves français n’ont pas progressé en Mathématiques et en lecture, pourtant les élèves de primaire ont plus d’heures d’enseignement en Français et en Mathématiques que leurs homologues dans de nombreux pays européens.

La CSF demande
L’adaptation de l’école aux rythmes des enfants, prenant en compte leurs rythmes biologiques. Ce n’est pas aux enfants de s’adapter aux impératifs de gestion des établissements.
L’acquisition des savoirs de base pour tous les enfants : lire, écrire et compter mais aussi s’adapter, s’ouvrir à une société qui change, dans un esprit d’ouverture aux langues ainsi qu’au numérique. S’engager dans l’apprentissage du vivre et du faire ensemble, non pas en le décrétant, mais en créant les conditions pour le permettre.
Un plan d’éducation au numérique en développant chez les enfants un esprit critique par rapport à ses enjeux et à ses risques en lien avec les parents afin que ceux-ci puissent exercer leur rôle protecteur et d’accompagnement.
La mise en œuvre de projets pédagogiques adaptés, concertés, fruits d’un travail des équipes enseignantes et évalués collectivement et individuellement.
Des enseignants en nombre suffisant permettant des effectifs allégés par classe afin de réduire les inégalités devant l’école. Et les apprentissages en créant les conditions favorables pour permettre à chaque enfant de développer ses capacités et donc de réussir.
Un accompagnement réel de l’adolescent et du jeune dans la recherche de son orientation : des rendez-vous réguliers entre l’élève et un enseignant pour faire le point sur ses gouts, ses talents, ses faiblesses et aspirations.
Une véritable gratuité de l’école avec un taux de TVA réduit pour les fournitures scolaires considérées comme des biens de consommation de première nécessité.


Pour La CSF, il est nécessaire d’engager une réforme en profondeur de la formation initiale et continue des enseignants. En effet, elle devrait se traduire par une formation pédagogique plus soutenue et des périodes de stage et de tutorat plus importantes afin de permettre aux enseignants de :
- Mieux appréhender les réalités sociales, économiques, culturelles dans lesquelles
vivent leurs élèves, faire de ces diversités culturelles une richesse dans une classe et non les considérer comme un handicap.
- Susciter des méthodes interactives qui développent l’autonomie, la construction collective de savoirs, l’entraide et cultivant ainsi une pratique et une culture commune.
- Prendre en compte l’avancée des recherches des neurosciences, les recherches en sciences de l’éducation et les expérimentations pédagogiques qui font leurs preuves pour mettre en place cette réforme des méthodes d’enseignement.

La CSF propose de renforcer les temps dédiés à la formation, initiale et continue et au tutorat.


Il faut aujourd’hui reconnaître et valoriser tous les types de compétences et de savoir-faire afin de permettre à chaque jeune la meilleure insertion professionnelle possible.

La CSF propose

L’actualisation de l’enseignement professionnel qui associe une solide culture générale à une pratique professionnelle afin que les jeunes puissent développer toutes leurs facultés d’adaptation et capacités d’évolution.
Le renforcement des dispositifs d’accompagnement éducatif des jeunes en apprentissage pour prévenir les ruptures de contrats d’apprentissage.
Le développement des liens entre les entreprises, l’éducation nationale ou les centres de formation, pour que chaque jeune puisse avoir un lieu d’apprentissage, un lieu de validation de la formation qui lui conviennent.


Faute d’une connaissance suffisante des contenus des formations et des conditions d’exercices du métier, des jeunes se retrouvent dans des filières professionnelles, technologiques ou universitaires non ou mal choisies. Cela peut entraîner des abandons, sans qualification en fin de scolarité, ce qui leur bloque l’entrée sur le marché du travail.

La CSF demande

L’introduction dans les programmes, et dès le primaire, d’une découverte des métiers, du monde du travail par le biais de témoignages de professionnels ou de visites sur site.
Un accompagnement des jeunes par les enseignants pour la recherche de lieux
de stages.
La création d’un service d’orientation géré à l’extérieur de l’établissement scolaire avec quatre acteurs essentiels autour des jeunes concernées.
- Les parents, dont le rôle de participation reste essentiel.
- L’établissement scolaire : lieu d’apprentissage et de formation contribuant à l’épanouissement personnel et intellectuel des enfants et des jeunes.
- Le centre d’orientation, à l’extérieur de l’établissement scolaire composé de professionnels de l’orientation, d’organisations de parents et de familles.
- Les entreprises, institutions et associations qui viennent compléter le réseau en recevant les jeunes en stage.

Les parents, premiers éducateurs de leurs enfants, ont comme souhaits légitimes la réussite et l’épanouissement de leurs enfants. La CSF constate que beaucoup de parents se sentent démunis face aux difficultés de l’éducation. Ils ont besoin d’être soutenus, accompagnés, responsabilisés.
Une véritable co-éducation reposant sur une connaissance réciproque des réalités vécues par les parents et par les enseignants cultiverait un climat de confiance entre les différents acteurs éducatifs. Cela créerait des conditions sereines pour les enfants, favorisant ainsi leurs apprentissages.

La CSF propose

Le renforcement des liens parents-école en permettant aux parents une plus grande implication dans le déroulement de la scolarité de leurs enfants, élément moteur de réussite.
Une meilleure coordination et un développement des actions qui visent à renforcer le réseau des acteurs éducatifs.
Le développement des dispositifs de terrain qui fonctionnent : maisons des familles, mallettes des parents, cafés des parents, ateliers parents enfants.