Aller au menu
Aller au contenu
CSF - Confederation Syndicale des Familles
Fil d'actualités de la CSF

22 mars 2018 - La CSF de Mayotte, avec d’autres syndicats, en appelle au premier Ministre


La CSF de Mayotte vient d’envoyer une lettre ouverte au Premier Ministre, M. Édouard Philippe, afin d’engager le dialogue pour améliorer les conditions de vie à Mayotte.

..."Monsieur le Premier Ministre,

Depuis le 20 février, suite aux agressions contre des transporteurs scolaires et dans des établissements scolaires, Mayotte est mobilisée contre l’insécurité et les phénomènes de violence, à l’initiative de la CFE CGC UR Mayotte, de la CGT Mayotte, du Collectif des citoyens de Mayotte, de La Confédération Syndicale des Familles de Mayotte, de la FAEN, du SNUipp-FSU Mayotte, de Solidaires, de l’UD FO et de l’UI CFDT.

Le collectif et l’intersyndicale demandent l’ouverture des négociations avec des personnes mandatées sur la base de la table revendicative présentée le 9 mars dernier. En plus des mesures d’urgences et sécuritaires, l’État doit s’engager sur le financement des plans de rattrapage (éducation, santé, logement, transport, ...)

En effet, après concertations, le collectif, l’intersyndicale et la majorité de la population ont estimé que les mesures confirmées dans la lettre du 17 mars par la Ministre des Outre-mer sont insuffisantes, hormis les élus locaux qui pour une raison inconnue et dans une incohérence totale, se sont accaparés du mouvement en se positionnant favorablement aux dites mesures, alors même qu’ils ne sont pas grévistes.

En tout état de cause, nous vous assurons que les organisations engagées dans ce mouvement sont disposées au dialogue avec le Gouvernement. Mais un dialogue franc, sur la base de véritables engagements financiers notamment et non sur la base de la simple confiance comme cela a pu être évoqué dernièrement.

Cependant et loin du collectif et de l’intersyndical l’idée de vouloir exclure les élus de l’île, la solidarité et la détermination de la population sont un élément à prendre en considération. La population vous indique qu’elle a mandaté nos organisations pour que vous engagiez le dialogue avec nous.

Nous restons, Monsieur le Premier Ministre, à votre entière disposition pour engager les négociations.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de notre très haute considération.
..."