Un premier pas pour les droits des pères !

Mardi 22 septembre 2020, l’Elysée a annoncé l’allongement de la durée du congé de paternité passant de 14 à 28 jours. Avec cette réforme, les futurs pères bénéficieront d’un droit à 3 jours de congés payés par leur employeur. Les 25 jours restants seront pris en charge par la sécurité sociale. Le Président de la République a annoncé que 7 jours de congé paternité seront désormais obligatoires.

La Confédération Syndicale des Famille se réjouit de ce premier pas décisif pour les pères. En effet, la présence des deux parents dans les premiers jours de l’enfant est primordiale pour son développement. Comme de nombreux spécialistes l’indiquent, La CSF porte la conviction que si le couple parental s’occupe ensemble du bébé, des effets très concrets se produiront notamment dans la prévention des risques comme la dépression post-partum.

Une mesure qui reste insuffisante !

Dans son rapport sur les 1000 premiers jours de l’enfant, la commission d’experts préconise la mise en place d’un congé paternité de 9 semaines, soit environ 1 mois de plus que ce que propose le Président de la République. Pour La CSF le congé paternité, comme elle l’avait exprimé auprès de Monsieur Taquet Secrétaire d’Etat en charge de l’Enfance et des Familles, doit être au minimum de 9 semaines.

En outre, cette mesure réduira certainement les inégalités entre les hommes et les femmes. Les tâches domestiques sont trop souvent réservées à la mère. Pour La CSF les mesures ne vont pas assez loin. Pour répondre à une volonté concrète et collective d’égalité, il faut impérativement allonger l’obligation des 7 jours

Enfin, le congé parental soulève la problématique de l’indemnisation des parents qui devrait comme l’indique le rapport des 1000 premiers jours de l’enfant être « suffisamment attractif pour permettre à l’enfant de rester avec l’un ou l’autre de ses parents durant sa première année et d’intégrer ainsi un système d’accueil formel à 1 an ». La CSF rejoint la proposition du rapport pour une indemnisation à hauteur de 75 % du revenu perçu par un des deux parents et demande au gouvernement d’agir concrètement dans ce sens.


Communiqué de Presse / Format PDF


Johan Jousseaume . Secrétaire Confédéral ‘Education- Familles’
jjousseaume@la-csf.org

Charlotte Barre . Chargée de mission ‘Education – Familles’
cbarre@la-csf.org