Vous pouvez consulter l’ÉDITORIAL et le SOMMAIRE de chaque magazine ‘NOUS’

en cliquant sur la couverture de votre choix

ou consulter les archives du ‘NOUS’

2018
Premier trimestre 2018
LE SOMMAIRE

Actus
• Mayotte : face à l’urgence dans les écoles La CSF exige des actes
• Sartrouville : réouverture de la crèche

DOSSIER
• Pollutions : alerte sur la santé
• Pesticides et particules fines, la pollution s’installe 
• Agriculture et santé, finis les pesticides ?
• Des capteurs citoyens. Ces volontaires ne manquent pas d’air !

Sur le terrain
• Dans mon hall en Indre et Loire
• Lyon . Forum des métiers : 30ème édition
• Rencontre avec Jean-Pierre Ottaviani : Président de l’UD CSF de Lyon

Au quotidien
• Projet de loi logement : rénover, simplifier et sanctionner
• Fédération Syndicale des Familles Monoparentales : 50 ans d’action
• Élections des représentants des locataires : c’est le moment de vous faire entendre !
• Violences faites aux femmes : une loi en préparation

Vos droits
• Le parcours sup
• Le chèque énergie
• Mon dossier médical
• Le redoublement en question
• Fiches pratiques
• Repères sociaux

Loisirs / Culture
Recette :beignets polonais « paczki »
Roman : ’La serpe’ de Philipe JAENADA
BD : ’La saga de Grimr’ de Jérémie Moreau
Roman : ’La douleur du géant’ de Diekoye OYEYINKA
Roman graphique : ’Kiki de Montparnasse’ de MULLER et BOCQUET

L’invité de NOUS
• Patrick VALENTIN

L‘ÉDITO
par Marie Françoise MARTINSanté et environnement : quant l’air et les sols inquiètent !

« Si l’abeille disparaissait de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que quelques années à vivre »
Cette citation est attribuée à Albert Einstein mais nul n’a la preuve que le grand physicien du XXe siècle l’aurait écrite. Cependant elle ne peut que frapper les esprits. Certes, il existe d’autres pollinisateurs tel le vent. Il n’en est pas moins vrai que si le déclin des abeilles est aujourd’hui l’aspect le plus médiatisé, c’est l’ensemble des insectes qui est menacé. Qui est responsable ?

Répondre aux besoins de notre monde d’aujourd’hui sans compromettre les capacités des générations futures

La France est le troisième pays européen pour la quantité d’herbicides utilisés, en kg par hectare de la surface agricole utile. Malgré les rapports des associations de santé et de protection de l’environnement sur la toxicité du glyphosate, la Commission européenne a voté le 27 novembre 2017 le renouvellement de l’autorisation d’utiliser celui-ci.

De nombreux problèmes portant atteinte à la qualité de la vie, entachent la planète : réchauffement climatique, émissions de gaz à effet de serre, pollution de la terre, de l’eau et de l’air. Ils ont pour cause une production de biens guidée par la recherche du profit. La prise de conscience s’accroît aujourd’hui, les actions se multiplient, les innovations voient le jour. Il n’y a pas de petites actions dès lors qu’elles concourent au bien commun. Les conférences internationales sur le climat réunissent chaque année plus de 200 pays et nous montrent que le problème est planétaire. Des accords sont signés, ils doivent surtout s’accompagner d’une solidarité entre les pays « riches » et les pays « en voie de développement. » Le rôle de la recherche doit être guidé par la nécessité de concilier production, qualité des biens produits, rémunération juste du travail, amélioration des conditions de travail, réduction de la pénibilité et des risques au travail, accès aux biens produits pour tous. Cela suppose donc de produire et de consommer autrement, d’habiter autrement, de se déplacer autrement…

Il faut susciter la réflexion à l’école, dans nos associations : faire prendre conscience aux jeunes en formation agricole ou dans les séries formant les salariés de demain, par les contenus et les stages, faire prendre conscience de l’aspect écologique et environnemental de la production. Quant à l’éducation à la consommation, c’est l’affaire de tous et c’est dès la petite enfance qu’il faut apprendre les bons gestes. La politique du logement et de l’aménagement du territoire doit être pensée avec la contribution de tous les acteurs du territoire. Ces réflexions ne sont pas que le rêve fou de quelques utopistes !

Si beaucoup d’hommes et de femmes se mettent à rêver ensemble et à imaginer d’autres possibles, ces rêves seront le début d’une nouvelle réalité, d’une amorce de changements.

Comme dit le proverbe : « Nous n’héritons pas de la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants. »

Deuxième trimestre 2018
LE SOMMAIRE

Actus
• Saint-Ouen-l’Aumône (95) : le cirque en famille
• Lanester (56) : le cirque pour « mieux vivre ensemble »

DOSSIER : Se soigner autrement
• La santé au naturel
• Point de vue du Dr Nadia VOLF, coordinatrice DIU (Diplôme Inter-Universitaire) acupuncture
• Point de vue de Serge BLISKO, Président de la Miviludes
• Timide entrée à l’hôpital
• Suisse : une longueur d’avance !

Sur le terrain
• Bischheim (67) : le potager du canal
• Dans mon hall : une aventure ouvrant sur la culture
• Point de vue de Patricia HALUSKA, présidente de la Section CSF de Dammarie-Les-Lys (77)

Au quotidien
• FNAAFP/CSF : colloque périnatalité, agir en amont
• Bioéthique : ds évolutions en vue
• Culture : oser le classique
• Mayotte : en attente des réponses

Vos droits
• Protection des données personnelles
• Pass culture : mes nouveaux droits à la rentrée 2018 
• Urgences : une totale prise en charge des patients ?
• Le chèque vacances
• Fiches pratiques
• Repères sociaux

Loisirs / Culture
Recette : verrine tiramisu framboise aux amandes
Roman jeunesse : ’Les étrangersr’ d’Eric PESSAN et Oliver SOLMINIHAC
Roman : ’La femme qui fuit’ de d’Anaïs BARBEAU-LAVALETTE
Roman ; ’Entre deux mondes’ d’Olivier NOREK
Roman jeunesse : ’Percy Jackson, le voleur de foudre’ de Rick RIORDAN

L’invité de NOUS
• André CICOLLELLA : ’Notre environnement est malade’

L‘ÉDITO
par Aminata KonéRéformes au pas de course ... l’Etat doit entendre la colère des français

Depuis son élection, le Président de la République et son gouvernement ont multiplié des reformes, donnant ainsi, le sentiment que la France va très mal et qu’il faut remettre de l’ordre dans le pays. De la réforme constitutionnelle à celle de la carte judiciaire, de l’asile à l’immigration, du marché du travail à la formation professionnelle, l’apprentissage, l’assurance chômage, de la réforme des retraites, de la CSG, de la fiscalité, du logement social, de l’audiovisuel, de la SNCF, de l’enseignement supérieur, de l’agriculture et de l’alimentation, de l’organisation de notre système de santé, de la protection de l’enfance… Une avalanche de reformes sensée renouer « la confiance entre gouvernants et citoyens » mais qui sonne aujourd’hui comme le désengagent financier de l’État. Moins 4 milliards pour les seuls hôpitaux publics et 500 millions pris aux familles ayant de jeunes enfants, alors que les inégalités sont de plus en plus grandissantes dans notre société et où une majorité de familles populaires peinent à satisfaire leurs besoins les plus fondamentaux : accès aux soins, le scandale de l’insuffisance des moyens pour une prise en charge dans les EHPAD des personnes âgées qui subissent dans des conditions de vie indigne…

Des nombreuses mobilisations sociales tentent de faire front : personnel des EHPAD et des hôpitaux, agriculteurs, magistrats, élus locaux, gardiens de prison, policiers, étudiants et maintenant les cheminots…
Si une partie de la population souhaite des réformes, les français attendent avant tout, un engagement fort de l’État pour lutter contre les inégalités et la pauvreté.
Des familles sont inquiètes devant le risque d’une année scolaire en péril et nombreux sont des professeurs qui refusent de participer à ce tri imposé par la plateforme Parcoursup qu’ils jugent profondément inégalitaire et inéquitable en raison des manques de places.


C’est pourquoi, La CSF soutient la colère des lycéens, étudiants et leurs familles, colère qui pourrait continuer à s’accroître au moment où il faudra accueillir 40 000 lycéens supplémentaires à la rentrée prochaine dans les facultés.


Aussi, La CSF soutient ces mobilisations qui défendent le service public de qualité. Elle exige la prise en compte des besoins fondamentaux des personnes et des familles en souffrance. L’État est le garant de l’égalité de traitement entre citoyens. Il doit donc réagir afin d’éteindre ce « volcan social en ébullition » avant qu’il entre en éruption.

Troisième trimestre 2018
LE SOMMAIRE

Actus
• Coût de la scolarité : La CSF est à la 45ème édition

DOSSIER : Élections HLM : elles arrivent !
• Un vote en 2018
• Point de vue de Gabriel Ancizar, administrateur HLM
• Point de vue de Catherine Hluszko, de l’Union sociale pour l’habitat
• Des revendications fortes
• La CSF dans les quartiers !

Sur le terrain
• Accompagnement éducatif et scolaire : fin d’année festive
• Dans mon hall : une aventure ouvrant sur la culture
• Point de vue de Patricia HALUSKA, présidente de la Section CSF de Dammarie-Les-Lys (77)
• Point de vue de Bernard Bulteau, président de l’Union locale CSF de Décines

Au quotidien
• Logement : ELAN (Évolution du logement, de l’aménagement et du numérique), une loi controversée
• Éducation : enseignement professionnel, une voie de réussite
• Éducation : premiers résultats de la réforme
• Impôts : prélevés à la source !

Vos droits
Les tarifs réglementés du gaz
• Carte interactive de la DREES (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques)
• L’état des lieux
• L’impôt à la source
• Fiche pratique : la médiation de la consommation
• Fiche pratique : décence du logement
• Repères sociaux

Loisirs / Culture
• Recettes : Crumble de pommes à la noix de coco | Cake aux fruits secs
• Roman jeunesse : ‘Comment fabriquer son grand frère ?’ d’Anaïs Vaugelade
• Roman : ‘L’amour est une maladie ordinaire’ de François Szabowski
• Essai : ‘Sapiens’ d’Yuval Noah Harari
• Roman jeunesse : ‘Le monde de Lucrèce’ d’Anne Goscinny et Catel

L’invité de NOUS
• Tania de Montaigne : lutte contre le racisme

L‘ÉDITO
par Marie-Françoise MartinRentrée scolaire et élections HLM : Une période chargée pour les familles !

La Confédération Syndicale des Familles, pour la 45ème année, a mené avec les familles ses enquêtes sur le coût de la rentrée et plus largement sur le coût de l’école tout au long de l’année.

 
L’enquête de La CSF a révélé une baisse de près de 3 % des dépenses faites par les familles.

Cette baisse s’explique par des pratiques d’achat différentes des familles (une plus grande attention à la nature de leurs achats, les marques sont moins plébiscitées).
Pour bon nombre d’entre elles, ces pratiques sont liées à une baisse de leur pouvoir d’achat. Ces familles sont aidées, pensent certains. Si l’allocation de rentrée scolaire couvre les frais de scolarité pour les enfants du primaire, les frais de rentrée pour le collège, elle est loin de couvrir les frais de rentrée pour le lycée et en particulier pour l’enseignement professionnel. Notre enquête a révélé que pour des familles de trois enfants, le coût de la rentrée représente la presque totalité des revenus du mois de septembre.

 
Où est l’égalité devant l’école ?
Nous sommes loin de voir appliqué le slogan : l’école obligatoire, laïque et gratuite. C’est pourquoi, La CSF demande une TVA à 5,5 % sur les fournitures scolaires, les considérant comme des produits de première nécessité, l’école étant obligatoire et gratuite. Elle revendique aussi une modulation significative de l’Allocation de Rentrée Scolaire attribuée selon les niveaux et non selon les âges.
Si des acquis existent grâce à l’action des familles, il reste encore un long chemin à parcourir pour que tous les enfants soient égaux devant l’accès à l’éducation, à l’instruction, à la culture, aux loisirs. C’est avec les familles que La CSF y œuvre au quotidien.

 
Si la réussite des enfants est liée à l’école, elle est aussi liée à leur environnement.
Un logement décent y contribue. Les familles doivent pouvoir vivre dans un logement de qualité et bénéficier d’un logement en fonction de leurs besoins tenant compte de la composition de la famille et non en fonction de leurs moyens financiers. Beaucoup de chemin reste à parcourir là aussi. En novembre et d’avancer sur ce chemin en participant largement aux élections des candidats qui nous représenteront dans les Conseils d’administration des bailleurs sociaux et devront défendre les intérêts des familles.

 
Voter à ces élections est un droit : il faut le rappeler autour de nous.
C’est le droit pour les locataires d’être représentés, de défendre leurs intérêts, d’exprimer leurs besoins car les candidats sont des personnes qui œuvrent dans la proximité avec les usagers en étant à leur écoute, en faisant des comptes-rendus ; ils sauront faire des propositions en ayant une attitude constructive tout en étant vigilants, exigeants dans un contexte législatif qui ne cesse d’évoluer et qui peut laisser penser que la démocratie s’éloigne de nous. Auprès de nombreux bailleurs, La CSF présente des candidats qui ont su défendre les intérêts des familles et qui continueront à le faire. Elle invite à voter pour les candidats dont les propositions correspondent le plus à leurs aspirations.

Quatrième trimestre 2018
LE SOMMAIRE

Actus
• Dossier médical partagé : des soins plus coordonnés
• Élections des locataires : mobilisation générale

DOSSIER : Haro sur les écrans
• L’exposition de tous les dangers
• Point de vue de Sophie Jehel, chercheur au CEMTI (Centre d’études sur les médias, les technologies et l’internationalisation)
• Point de vue de Sabine Duflo, psychologue clinicienne, membre du collectif CoSE (Collectif surexposition Ecrans)
• Quel rôle pour les parents ?
• Bonnes pratiques : tenir compte de l’âge

Sur le terrain
• Union de parents d’élèves : relance sous les tropiques
• Maîtrise de l’énergie : La CSF du Morbihan a testé la piste numérique
• Point de vue de Catherine Meillat, Présidente de la section CSF de Lanester (56)

Au quotidien
• Culture : un pass pour les jeunes
• Pauvreté : une stratégie à confirmer
• Argent : les frais bancaires plafonnés, de simples engagements
• Santé : du nouveau pour le reste à payer

Vos droits
• Achats en foire et salons
• Don d’organes : en savoir plus sur vos droits
• Colocation dans le parc privé
• Plan mercredi : mode d’emploi
• Fiche pratique : l’expulsion locative
• Fiche pratique : qui peut donner son sang ?
• Repères sociaux

Loisirs / Culture
• Recette : Cake aux fruits secs
• DVD : ‘à voix haute’ de Stéphane de Freitas
• CD : Lenny Kravitz : ‘raise vibrations’
• CD : Eddy de Pretto : ‘cure’
• Livre pour ados : ‘butter’ d’Erin Lange

L’invité de NOUS
• Riad Sattouf : changer de regard

L‘ÉDITO
par Aminata KonéDe la révolution numérique à la révolution culturelle !

En l’espace d’une génération, le numérique a bouleversé nos modes de vie et nos activités. On le retrouve partout, à la maison, à l’école, au travail, en santé.

Le changement culturel provoqué par l’adoption de masse du numérique bouscule de nombreux repères et valeurs : le lien social, le vivre ensemble, la reconnaissance de l’autre, le sens de l’intérêt général, du rôle de l’État, de la liberté, du respect de la vie personnelle… Ces outils favorisent l’individualisme qui peut mettre en péril l’adhésion à l’universalité des droits, principe de base de la cohésion et de la solidarité de notre pays. Ils créent une dépendance qui pourrait faire de ces objets connectés un prolongement de nous même si nous n’y prenons pas garde. Car, ces outils nous offrent l’opportunité de se créer une nouvelle identité, un échappatoire dans une société en manque de repères, un espace où l’on peut se mobiliser pour une cause.

L’action des « Gilets jaunes » illustre cela avec un climat de contestation, voir insurrectionnel contre un pouvoir et l’incapacité de nos démocraties à réconcilier le peuple et ses élus à mettre en place une démocratie participative fondée sur le respect de chacun et chacune.

Il nous faut trouver des modes d’organisation pour être encore plus près des familles populaires.
La démocratie ne saurait être qu’un simple permis de gouverner. Elle engage au respect de la parole donnée au peuple et à promouvoir les possibilités pour les citoyens de s’intéresser à la chose publique et donner leur avis.

Au-delà des risques et incertitudes générés par le numérique en raison de l’appropriation des données personnelles à but commercial, il n’en demeure pas moins, un excellent vecteur de la connaissance. Jamais, celle-ci n’a été aussi accessible gratuitement et instantanément et à tout moment dès lors que nous disposons d’un équipement.

Le numérique est un moyen pour diffuser des informations mais aussi pour mobiliser les citoyens. L’affaiblissement des collectifs traditionnels mais aussi, les actualités nous y obligent. Aux acteurs sociaux comme aux militants CSF de faire émerger des réseaux collaboratifs où les seuls profits recherchés devraient être la satisfaction de donner, de se rendre utile au profit du bien commun : agir ensemble pour des causes ou contre des injustices : le drame vécu par les familles à Marseille par la mort de proches et maintenant des milliers de victimes évacuées de leur logement, victimes de l’indifférence des pouvoirs publics depuis de nombreuses années.

La CSF continuera à se mobiliser pour que le droit au logement de qualité soit un droit effectif pour tous. Lutter contre la pauvreté c’est d’abord lutter contre les inégalités sociales.

2017
Premier trimestre 2017
LE SOMMAIRE

Actus
• Garantie jeune : une bonne nouvelle !
• Loi égalité et citoyenneté : une loi définitivement votée !

DOSSIER : L’économie du partage en plein boom
• Un nouveau mode de vie ?
• Point de vue d’Elsa Cohen, responsable du secteur économie, consommation, santé, environnement de La CSF
• Point de vue de Zoé Renaut, déléguée générale du réseau des Accorderies
• Un essor en Europe et outre-Atlantique
• Point de vue de Michel Freidrich, administrateur CUS
habitat et responsable des jardins

Sur le terrain
• Esquerdes : aides toi, le ciel t’aidera !
• Bischheim : potager collectif, réussite individuelle
• Point de vue de Michel Freidrich, administrateur CUS habitat et responsable des jardins

Au quotidien
• Santé : Des séances psy gratuites pour les jeunes
• Europe : cap vers le socle commun social
• Éducation : le coût de la scolarité 2017
• Élections : La CSF s’engage

Vos droits
• Le Livret Scolaire Unique Numérique (LSUN)
• Travaux dans une copropriété
• Saisir le défenseur des droits
• Les jeunes et l’utilisation d’internet
• Fiches pratiques
• Repères sociaux

Loisirs / Culture
Recette : Recette : brownies aux pralines
Livre : ’Petit pays’ de Gaël Faye
Livre : ’Philosopher et méditer avec les enfants’ de Fréderic Lenoir
Film : ’Née contente à Oraibi’ de Bérangère Cornout
BD : ’L’arabe du futur’ de Riad Sattouf

L’invité de NOUS
• Les mots de Magyd Cherfi

L‘ÉDITO
par Aminata KonéÉlections présidentielles et législatives : Tous aux urnes !

Les 23 et 7 mai prochains, auront lieu les élections présidentielles, suivies quelques 
semaines après, des législatives. C’est donc une année importante, qui aura des conséquences déterminantes pour celles à venir.


Les élections récentes, dans d’autres pays comme aux États Unis, ou à venir en France ou en Allemagne, ne semblent pas présager un avenir radieux pour les familles populaires et les plus fragiles d’entre nous.
Dans un contexte de crise générale, où finance, repli et populisme dominent, les pauvres, les minorités, les enfants, les femmes, les hommes qui fuient leurs pays en guerre deviennent les boucs émissaires de ceux qui se laissent convaincre, intoxiquer par les propos haineux de certains leaders utilisant leur peur pour obtenir des voix et tenter d’accéder au pouvoir.


Nous devons résister à ces replis même si régulièrement des baromètres de la confiance politique nous disent combien la relation entre politique et citoyen est sinistrée. La dernière publication souligne que 89 % des français pensent que les responsables politiques ne se préoccupent pas de leur avis et 78 % déclarent avoir des opinions négatives de la politique.


Ces niveaux très élevés de défiance s’auto-alimentent avec l’actualité notamment ces violences policières contre une catégorie de population et qui sont la traduction de l’inégalité entre citoyens des quartiers populaires et la police. Les faits qui se sont déroulés à Aulnay-sous-bois sont d’une gravité exceptionnelle, inacceptables pour tout citoyen ayant besoin d’une police respectueuse des personnes et de leurs droits, ’une police garante des libertés et de la sécurité publique.


Il y a urgence, urgence à re-souder la société autour du bien commun. L’État garant des droits humains, doit renforcer la portée du pacte républicain face aux enjeux du vivre-ensemble en répondant aux besoins cruciaux des familles : accès à l’emploi, au
logement, à une école de la réussite et lutter résolument contre les discriminations, un fléau qui n’affecte pas seulement ceux qui en sont victimes, mais bien la société tout entière qu’elle fissure en profondeur.

Ne nous trompons pas, de choix, ni laisser les autres le faire à notre place.

Ces élections ne doivent pas avoir pour seul objet l’élection d’un président à la tête du pays, les débats qui les précèdent doivent être l’occasion pour les militants de se mobiliser au niveau des communes, des quartiers, de nos associations pour éclairer les familles afin d’influer sur les choix qui vont guider les politiques publiques pendant les années venir. A nous de faire bouger nos élus en leur disant le type de société que nous voulons, une société plus juste et plus fraternelle !

Deuxième trimestre 2017
LE SOMMAIRE

Actus
• Toulouse : Les familles font leur cirque !
• Hommage : José Ducharniat

DOSSIER : Médias : la défiance ?
• Divorce avec les Français
• Point de vue de Serge Tisseron, psychiatre
• Point de vue de Marie-France Malonga, sociologue
• Les médias dans la cité
• En bref : Bondy blog

Sur le terrain
• Nîmes : ensemble de 7 à 77 ans
• Bondy : les images parlent
• Point de vue de Jean-Louis Merlier de La CSF de Bondy

Au quotidien
• Aidants : quelles solutions concrètes ?
• Aide à domicile : nouvel élan à la FNAAFP/CSF
• Loisirs : tous au jardin !
• Société : charte laïcité, des actions en cours

Vos droits
• Vous êtes victime d’un cambriolage
• L’intermédiation locative
• Le redoublement
• Anticiper une demande en crèche
• Fiches pratiques
• Repères sociaux

Loisirs / Culture
Recette : Recette : tarte au chocolat et à la cerise
Livre : ’Votre cerveau’ de Michel Cymes
Livre : ’Chère Ijeawele’ de Chimamanda Ngozi Adiemie
Livre : ’Le voile de la douleur’ de Sameen Ali
Livre : ’Derniers témoins’ de Svetlana Alexievitch

L’invité de NOUS
• Le remède de Grand Corps Malade

 

L‘ÉDITO
par Marie-Françoise MartinFace à la crise du polique : la voix des citoyens doit peser

Le 7 Mai 2017, les valeurs de notre République l’ont emporté sur la haine. Les urnes ont parlé. Les résultats de cette élection présidentielle qui ont conduit Emmanuel Macron à la Présidence de la République, nous ont montré une grande aspiration des Françaises et des Français à des changements de tous ordres. Il nous faut sortir des schémas traditionnels Droite-Gauche qui sont souvent la résultante de fonctionnement des partis politiques, souvent incompris et non justifiés pour bon nombre de citoyens. Les responsables politiques doivent entendre davantage les préoccupations des citoyens, être plus proches de leurs réalités quotidiennes.


Nous allons vivre les élections législatives. La CSF a élaboré avec ses militants une plateforme revendicative porteuse de l’expression des habitants de nos quartiers et de nos communes, de leurs besoins et aspirations. Au regard des valeurs défendues et des programmes des différents candidats, nous pourrons croiser nos revendications, exercer notre regard critique, et ainsi participer activement au débat public. Chacun pourra déposer dans l’urne le bulletin du candidat ou de la candidate qui sera le plus proche des valeurs que nous portons. Encore une fois, chacun comprendra l’enjeu de faire entendre sa voix et donc d’aller voter.


Quelle que soit l’issue du scrutin, La CSF continuera son combat avec les familles pour obtenir les grandes transformations nécessaires à l’évolution de notre pays, une plus grande justice sociale et fiscale, une transition écologique, de meilleures conditions de vie pour tous, une reconnaissance du mouvement associatif comme un des piliers de la vie démocratique.
Les périodes électorales sont des moments importants et intenses pour la vie démocratique d’un pays. 

Ce numéro du Nous a voulu vous informer sur la place des médias. Un vaste sujet qui met en avant la liberté d’expression. La déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen nous dit dans son article 11 : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi. »

Rien ne doit empêcher chacun individuellement et collectivement de garder son esprit critique face à l’information, d’en comprendre les rouages pour en saisir les enjeux.

Les médias sont les principales sources d’information de la population au quotidien et occupent donc une place importante dans la société. Ils sont un moyen de diffusion des idées pour les dirigeants d’une nation, ils sont utilisés pour communiquer avec l’ensemble des citoyens. Nous sommes toutefois tentés de nous demander si les médias qui « fabriquent » l’information ne conditionnent pas l’opinion et les modes de pensée, ne pèsent pas sur le débat public. La communication et l’expression ne doivent pas être à sens unique : elles permettent aussi aux citoyens de parler de leur quotidien, de la vie sociale et de la vie politique du pays, et de porter leurs revendications jusqu’aux oreilles de ceux qui gouvernent.


C’est un des aspects de la vie démocratique de notre pays et c’est dans cet esprit que La CSF va continuer à multiplier ses communiqués de presse, à alimenter son site Internet et invite expressément chaque militant à promouvoir le magazine Nous.

Troisième trimestre 2017
LE SOMMAIRE

Actus
• Coût de la scolarité 2017 : La CSF est à nouveau dans le coup !
• La CSF s’oppose fermement à la baisse des APL !

DOSSIER : La culture : une richesse universelle à partager
• Culture pour tous : la cultiver, la valoriser !
• Point de vue d’Emmanuel Wallon, sociologue
• Point de vue de Dominique Vieu-Boeglin, responsable du secteur Vacances Loisirs Culture de La CSF
• Pour une culture accessible à tous
• En pratique : faciliter l’accès aux lieux culturels

Sur le terrain
• Montbéliard : se faire son cinéma
• Toulouse : tous sur la piste aux étoiles
• Point de vue de Benoît Genot, coordinateur du projet et salarié à la section CSF du Mirail

Au quotidien
• Santé : patients et hôpital, peut mieux faire !
• Éducation : s’engager dans l’école
• Service Civique : un bilan en demi-teinte
• Rentrée 2017 : mesures en cascade

Vos droits
• Club de sport : vos droits
• Compteur « Linky »
• Jeunes en colocation : ce qu’il faut savoir
• Le congé maternité unique
• Fiches pratiques
• Repères sociaux

Loisirs / Culture
Recette : Poires Belle-Hélène en clafoutis
Livre : ’La fille d’avant’ de J.P. Delaneys
Livre jeunesse : ’Avant l’ouragan’ de Jewel Parker Rhodes
Manga : ’Fairy Tail’ de Hiro Mashima
Livre : ’Quand sort la recluse’ de Fred Vargas

L’invité de NOUS
• Marie-Aude Murail

 

L‘ÉDITO
par Aminata KonéÉducation, emploi, écologie, fiscalité... Des chantiers prioritaires pour les familles

Nous venons de vivre la rentrée scolaire 2017, avec ses traditionnelles dépenses pour les familles. Outre la question des nouveaux temps scolaires, les débats se sont concentrés sur les effectifs dans les classes comme si cette question suffisait à elle seule, à expliquer les difficultés de l’école à faire réussir tous les élèves.

Pour La CSF, réduire les inégalités à l’école, ne se résume pas au nombre d’élèves par classe même si elle approuve cette mesure. Il s’agit aussi de changer en profondeur des pratiques et un système, qui ne prend pas en compte tous les élèves et plus particulièrement ceux qui éprouvent des difficultés.

Notre école reste très élitiste, les jeunes des familles populaires dont les plus démunies sont très rarement présents dans les filières sélectives, en master ou en doctorat. L’État doit se donner une obligation de résultat vis-à-vis de nos jeunes, notamment en se concentrant sur l’acquisition par l’ensemble des élèves, des compétences nécessaires à la poursuite de leurs études et les préparer à leur vie d’adultes et de citoyens.

Au-delà de l’école, l’État doit poursuivre ses engagements financiers aussi pour l’emploi pour mieux lutter contre les inégalités. Or, nous constatons une fois de plus, un écart entre les paroles et les actes, entre les constats établis et les politiques publiques menées. Comment ne pas parler des ravages du chômage, de la précarité et de la réduction drastique du nombre des emplois aidés ? Ces derniers permettent à des personnes de retrouver un emploi. Leur réduction déstabilise le fonctionnement des écoles, des collectivités territoriales et des associations.

Nos gouvernants auraient-ils oubliés ce que nous avons vécu durant ce printemps exceptionnel ? Un vote qui traduit d’une rupture de confiance entre les français et les institutions, mais aussi une volonté des citoyens d’être entendus et écoutés.
D’où la nécessité absolue d’intégrer les organisations représentatives dans les processus de concertation. C’est pourquoi, nous devons résister à l’ambition du gouvernement d’aller au pas de courses en inscrivant l’opinion publique dans un mouvement qui risque de tout emporter sur son passage.

Enfin la vision apocalyptique et cauchemardesque que nous vivons avec nos compatriotes des Caraïbes, un paysage de désolation qui montre à quel point nos dirigeants comme les populations doivent prendre conscience de la réalité du changement climatique. Ces ouragans ou des pluies diluviennes sont la démonstration de l’urgence pour le monde entier à s’adapter à l’évolution du climat.

Nous n’avons pas le choix et les politiques ne peuvent pas s’abriter derrière de prétendues inconnues pour ne pas agir. Il y va de l’avenir de l’humanité.

Quatrième trimestre 2017
LE SOMMAIRE

Actus
• Ouragans Irma et Maria : le temps de la reconstruction
• La solidarité s’organise en Guadeloupe et en Martinique

DOSSIER : L’illettrisme, un défi à relever !
• Maîtrise de la lecture et de l’écrit
• Point de vue d’Hervé Fernandez, directeur de l’Agence Nationale de Lutte contre l’Illettrisme
• Point de vue de Janine Charon et Myriam Jacotin de l’association Lire et Comprendre pour Vivre (La Flèche 72)
• Redonner accès à l’emploi ou à une formation
• Le numérique : outil de lutte contre l’illettrisme

Sur le terrain
• St-Etienne du Rouvray : construire ses vacances
• Bayonne : apprendre à lire et à parler pour une nouvelle vie
• Point de vue de Maïder Jaureguiberry, présidente de l’Union Locale CSF de Bayonne

Au quotidien
• Alimentation : les assises, de faibles résultats
• Logement : le coup de massue
• Politique familiale : des perspectives inquiétantes
• Santé : vaccins, ce qui va changer

Vos droits
• Dispositif  » Devoirs faits « 
• Augmentation des minimas sociaux
• Congé pour un logement étudiant
• Auto-école : vos droits
• Fiches pratiques
• Repères sociaux

Loisirs / Culture
Recette : agneau aux trois fruits
Livre : ’La tresse’ de Laétitia Colombani
Livre jeunesse : ’Ces rêves étranges qui traversent les nuits’ de Stéphanie Leclerc
Livre : ’Depuis l’au-delà’ de Bernard Werber
Livre jeunesse : ’Un monde un peu meilleur’ de Lewis Trondheim

L’invité de NOUS
• Alexandre Jardin

L‘ÉDITO
par Aminata KonéUne mobilisation citoyenne est nécessaire : Pour mieux combattre les injustices de ce monde

La suppression des contrats aidés frappe de plein fouet notre réseau comme des centaines de milliers d’autres. Cela impacte aussi et surtout les personnes en chômage de longue durée. 
C’est un véritable coup de massue pour les associations portant les valeurs d’une société humaine et plus juste, qui contribuent au développement culturel et solidaire permettant aux personnes de donner un sens à leur vie et retrouver une dignité.


Malgré toutes les manifestations populaires, le gouvernement ne lâche rien. Pire, l’assemblée nationale vient de voter la baisse du budget d’1 milliard qui se traduit par la suppression de 110 000 emplois s’ajoutant aux 150 000 suppressions de 2017. Cette décision brutale et sans concertation ne laisse aucune possibilité aux mouvements de s’organiser, d’autant qu’elle s’ajoute à la baisse des subventions aux associations. Il est donc essentiel pour notre organisation de multiplier au niveau local, les lieux d’entraide, de réflexion et d’actions communes. Tout en déplorant la brutalité de la mesure, La CSF continue à revendiquer des mesures d’accompagnement pour l’insertion professionnelle des personnes, souvent éloignées de l’emploi.


Si l’action publique déstabilise l’engagement citoyen, son silence pesant sur le traitement infligé en Libye aux jeunes ressortissants d’Afrique noire, les réduisant en esclavage, a néanmoins provoqué de la colère. Le seul crime de ces personnes, est de rêver à un avenir meilleur… Quel affront fait à l’humanité ! L’indignation ne suffit pas ; il faut que l’Union européenne et les dirigeants africains se souviennent qu’investir dans la jeunesse, c’est investir pour un avenir durable.


Cette année sera-t-elle déterminante pour l’égalité femme-homme ? 
Les femmes s’élèvent à travers le monde pour dire non au sexisme et aux violences faites aux femmes. Elles réclament la féminisation de la langue française. Si le Premier Ministre s’est déclaré contre, l’Académie française d’ici à la fin de l’année s’apprête à faire une petite révolution après presque vingt ans de résistance. Elle devrait s’orienter vers une plus grande féminisation des titres et fonctions. 
Cet idéal égalitaire homme-femme, qui interroge la question du genre, traduit des préoccupations profondes au sein de la société d’aujourd’hui et met en lumière le besoin impérieux de neutralité, là où certains aspirent à gommer les différences entre hommes et femmes.

Ce débat est important pour les familles, en ce qu’elles exigent que la France soit une société plus inclusive et qu’elle prenne en considération les aspirations profondes de chaque être humain.