Communiqué de presse

Après les gilets jaunes, c’est carton rouge 

« Rien ne sera comme avant » avait prévenu le Président en préalable de ces annonces le jeudi 25 Avril 2019. Les annonces faites par le Président de la République suite au grand débat et en réponse et à la vague de contestation incarnée par les gilets jaunes ne représentent pas pour La CSF le virage promis, au contraire le cap libéral est maintenu.

Même si La CSF identifie quelques avancées notables, l’étendue des propositions est insuffisante et pire certaines d’entre elles pourraient aggraver la situation.

Quelques rayons de soleil pour les familles …
La promesse d’une « réforme de l’administration » consistant à ne plus avoir de fermeture d’hôpitaux, d’écoles publiques d’ici la fin du quinquennat est un signal positif pour La CSF. La promesse de classes (entre la maternelle et le CE1) qui ne dépasserait pas 24 élèves nous apparaît fondamentale pour la qualité des apprentissages des enfants.
Nous serons attentifs à ce que cette promesse soit tenue.

Aussi, le rehaussement à 1000 euros des plus petites retraites nous apparaît comme étant le minimum que l’on puisse faire pour les seniors dont l’exposition à la précarité et aux divers risques de la vie (santé, isolement..) est plus importante.

… dans l’obscurité
Le moment fort de cette conférence traduit par cette phrase du Président Macron « Je crois que les transformations en cours ne doivent pas être arrêtées ». Le gouvernement n’a malheureusement pas l’intention d’infléchir sa politique actuelle ou même d’en changer.
La baisse annoncée de l’impôt sur le revenu pour les classes moyennes pourrait nous apparaître comme une bonne nouvelle, cependant elle ouvre la porte à de nombreuses questions et inquiétudes. Comment les services publiques financés en grandes partie par l’état pourront ne pas se retrouver impactés, et cela alors même que les prélèvements notamment sur les grandes en entreprises et fortunes ne seront pas modifiés ?
Qui se retrouvera alors impacté ? Les associations qui garantissent et agissent sur le lien social ? Les plus précaires à qui on réduira encore un peu plus le montant de leurs allocations ?
Autre idée évoqué par le Président : « travailler plus » ou « mettre en place des incitations plus forte pour un retour à l’emploi ». Comment permettre cela alors que l’on observe depuis 40 ans une hausse quasi continuelle du taux chômage et du nombre de familles sous le seuil de pauvreté ?

Aussi le gouvernement semble ne toujours pas avoir pris la mesure d’enjeux pourtant centraux comme l’urgence climatique, la situation des familles dont les familles monoparentales, ou encore les questions de mobilité vis-à-vis de l’emploi. Pour La CSF il est urgent d’agir par des mesures concrètes et efficaces pour mieux lutter contre les inégalités.
En conclusion, La CSF demande au gouvernement à changer de paradigme en mettant en place des réformes de justice social et fiscale au service d’un nouveau pacte social.

Communiqué de Presse / Format PDF

Contact Presse :
Aminata KONE . Secrétaire Générale de La CSF
akone@la-csf.org